Holà !

J'ai décidé de créer une nouvelle rubrique dans ce blog, un petit journal de bord destiné à me rappeler de mon opération et des suites de celle-ci.

Cela pourra sans doute être utile aux (rares, heureusement) personnes concernées par cette maladie, la synovite villonodulaire pigmentée.

Mardi, le 19, j'ai donc été opérée pour la mise en place d'une prothèse totale de hanche. Ayant enfin trouvé un bon chirurgien réputé et soucieux du bien-être de ses patients, c'est avec beaucoup d'espoir mais aussi beaucoup de craintes, je peux l'avouer, que je me suis rendue à l'hôpital de Mont-Godinne (pas loin de Namur, en Belgique) le lundi 18 février.

N'ayant pas les moyens de m'offrir une assurance hospitalisation, j'ai du partager la chambre d'une femme âgée de 74 ans. Les chambres sont vieilles et pas très accueillantes. En plus, mon lit est juste devant la porte...

Etant très pudique, je n'aime pas trop ce manque d'intimité, mais je m'y suis faite, pas le choix ! ;) Je ne vais pas faire ma snob...

J'installe toutes mes affaires pour essayer de me créer un petit coin confortable avec tout le nécessaire à proximité car, bientôt, je ne pourrai plus me déplcacer...

Donc, le lundi, on me fait une prise de sang et quelques examens pour vérifier mes paramètres, je revois aussi l'anesthésiste... J'apprends que je serai opérée à 8h30 le mardi.

Au soir, je lave mon corps entier à l'isobétadine et on me donne un petit calmant pour dormir. J'ai également du me faire un lavement, le premier de ma vie. Mais quelle horreur !!!!  Je ne sais pas pourquoi, j'étais épuisée, je n'ai même pas pu finir Top Chef !! ;)

Très tôt, vers 6h, on vient me réveiller pour que je me prépare pour l'opération : douche à l'isobétadine et hop, j'enfile la robe opératoire...

Vers 7h-7h30, une brancardière vient me chercher. Je ne peux m'empêcher de pleurer tellement je suis inquiète et stressée...

Mais les gens sont très gentils avec moi. On m'installe dans la salle de réveil et l'anesthésiste (finalement, ce ne sera pas celle que j'avais déjà rencontrée deux fois) est très sympathique. Je croise le regard d'une autre jeune personne aussi stressée que moi (peut-être bien plus) allongée un peu plus loin. On s'échange quelques encouragements pas très rassurées...

Lorsque l'on me conduit en salle d'op', elle (ou il car je n'ai jamais su si c'était un mec ou une fille) me dit "courage" et je lui réponds pareil. On se rassure comme on peut...

Je m'endors très vite une fois le cathéter mis en place...

Je ne me souviens pas bien du réveil... voire pas du tout. Je me souviens juste que mon fiancé m'attendait dans la chambre... Cela fait du bien de le voir.

 

(La suite au prochain épisode)